Il ne fait aucun doute que nous pouvons diviser les enseignements de cette course en trois grands blocs :

1)      Equipement

2)      Physique

3)      Mental

Equipement

Le temps consacré à la recherche d’un équipement adéquat aux températures polaires (notamment la marque ODLO et TAIGA pour les vêtements et SALOMON pour les chaussures) n’a pas été du temps perdu ; tout au contraire ! Je n’ai pas eu un seul problème majeur avec ce matériel. Ce succès a été également le fruit d’un conseil judicieux d’un ancien concurrent de ce marathon (Philippe Moreau, France – 2006).

Seul bémol sont les lunettes de skis qui n’ont pas été à la hauteur du grand froid. En effet, après 7 km de course. Ils ont gelé et je ne pouvais plus voir le tracé du parcours. Donc les lunettes ont été inutiles ! Il faut souligner cela a été le cas pour tous les participants.

Physique

Malgré une bonne condition physique de base, le fait de m’entraîner sur des « steps » ( salle de fitness) pendant des heures m’a permis de ne pas trop souffrir dans le terrain difficile dû à une neige lourde dans laquelle je m’enfonçais quelques fois jusqu’aux genoux.

Bien entendu, les longues sorties d’entraînement de plus de 2h30 ont consolidé, sans aucun doute, ma condition physique.

Mental

Nous le disons bien que les coureurs ayant une grande expérience des marathons et ultra marathons se connaissent parfaitement bien. C’est, je le pense, le cas avec moi. Ceci m’a permis de contrôler mon rythme de course (courir à 70 % des capacités) , de dépasser des concurrents après le semi-marathon et de terminer dans une relative fraîcheur. Excellent pour le mental !

Dans mon entraînement, au niveau du matériel, j’avais tout planifié. Tous les scénarios étaient prévus. Ce marathon, je l’avais préparé comme une opération militaire.

-William

 

Attachée de presse: Mélissa Gargiullo

 

OBJECTIF ATTEINT !

IMG-20140410-00052
Nous sommes le 9 avril 2014. Il est 11 heures du matin. La température est de -31 degres ! Le départ du marathon est donné avec 6 heures de retard (arrivée tardive de l’Antonov). Ce retard aura des conséquences sur le tracé que nous devrons parcourir a 12 reprises. En effet, le soleil va transformer la neige en “soupe” et les concurrents vont s’enfoncer jusqu’aux mollets.
Je pars comme prévu sur un rythme modéré afin d’éviter que ma transpiration se transforme en glace. J’ai décidé de me ravitailler chaque 2 tours (café et coca dans une tente chauffée et très adéquate). Au 2ème tour, mes lunettes gêlent et je ne vois plus rien ! Je dois les ôter. Le reste de l’équipement tient parfaitement le coup. Au semi-marathon, le terrain devient de plus en plus difficile et je m’enfonce presque jusqu’aux genoux (l’entraînement que j’ai effectué avec les steps porte ses fruits, je ne ressens aucune douleur musculaire et mon énergie n’est pas trop entamée). La deuxième partie du marathon me permet de dépasser plusieurs concurrents. Au 8ème tour mes gants sont comme du carton mais je n’ai pas froid. A 2 tours de l’arrivée voilà que mes paupières ne s’ouvrent que difficilement, elles se gêlent et je ne vois plus très bien. Au dernier tour, je tombe plusieurs fois mais sans mal. Je dois courir sur les côtés du tracé afin de ne pas trop enfoncer. Me voilà à l’arrivée et Richard Donovan, l’organisateur, m’attend et m’indique mon temps: 6 heures 54 minutes et mon classement: 7ème. Classement qui indique que le vice – champion du monde des 1oo kms (Mike Wardian / USA) a gagné cette épreuve du marathon le plus froid du monde.
Je ne peux pas passer sous silence ici de relever la grande patience que mon épouse Jocelyne et mes enfants Mélissa et Flavio ont temoignée lors de mes nombreuses absences pour cause d’entraînement ! Je les remercie de tout mon coeur. Un spécial merci à mon attachée de presse, Mélissa, pour avoir alimenté le site durant ces derniers mois. Enfin je souhaiterais témoigner ma gratitude aux sponsors principaux: GAZNAT, REF et MEAD Education et également aux donateurs (associations militaires et particuliers).
Chers lecteurs du site, j”espere partager mes experiences avec vous lors de conférences qui auront lieues au courant de cette année.
A bientôt

 

William (depuis l’aéroport de Stockholm)
IMG-20140410-00050
IMG-20140410-00053

9 avril 2014

Nous sommes le 9 avril. Il est 2 heures du matin et nous allons embarquer dans l’Antonov qui va nous mener au Pole après 3 heures de vol (1400 kms). Le temps s’est éclairci et laisse présager un bon vol. Me voilà habillé en homme polaire car la température prévue a l’arrivée sera comprise entre -30 et – 35 degrés. J’aurai une pensée pour ma tante qui vient de décéder subitement hier. Aucune liaison étant possible au Pole, mes impressions polaires vous seront transmises dans environ 2 jours.
William
Svalbard-20140409-00044
Attaché de presse: Mélissa Gargiullo

A 2 jours du marathon

IMG-20140407-00034

 

Arrivee a 1 heure du matin a Longyearbyen situee dans l’archipel arctique de Svalbard (nord de la Norvege). La temperature est de – 16 degres. Ce n’est qu”un debut ! Demain nous allons voler 3 heures direction le Pole Nord.
Je viens de terminer de controler le materiel. Tout me parait en ordre.

On trouve environ 3ooo ours blancs a Svalbard mais jusqu’a maintenant je n’ai pas eu la chance d’en croiser un !

Williamimage

16 au 28 février 2014

Tout d’abord une excellente nouvelle ! Les premiers tests médicaux n’ont pas décelé de problème. Nous aurons encore une volée de tests à mi-mars. L’entraînement s’est déroulé selon la planification et un test de course  sur la neige/glace a eu lieu (2 heures) qui a permis de confirmer que  les chaussures « Salomon » sont idéales et tiennent très bien sur ce genre de terrain. Bien entendu, aucune possibilité de s’entraîner dans le froid. Toute l’Europe reste plongée dans un climat de printemps. Il ne nous reste pas plus que 4 semaines intensives avant le décompte final ! Le temps passe si vite….mais je me réjouis de me trouver au 9 avril.

-William

I-ani-calendar

Attachée de presse: Mélissa Gargiullo

Janvier 2014 (16 au 31)

Restaurant_und_UnterkunftAussenaufnahme[1]

Matterhorn glacier paradise (Suisse) à 3883 mètres d’altitude / – 15 degrés

Stage d’entraînement et de tests

Cette quinzaine a été marquée par un stage en haute altitude. Depuis Zermatt, des tests d’équipements ont été effectués. Malheureusement, le temps trop clément ( – 15 degrés à 3’800 mètres d’altitude ) n’a pas permis de courir dans des conditions extrêmes. Cependant, l’équipement a pu être testé et le résultat est très concluant. Aucun problème à signaler.

Nous pouvons donc maintenant orienter la préparation que sur l’endurance. Les tests vestimentaires sont terminés.

Février devrait nous permettre de travailler l’endurance dans la neige et la glace avec des sorties de 3 heures (3 x par semaine). Bien entendu, les séances de fitness (musculation, steps, vélo) devront être toujours d’actualité.

La lecture du livre « Le Robinson de la Banquise » de Chauncey C. Loomis (Paulsen, 433 pages) me permet de me familiariser à la région du Pôle Nord.

 

-William

 

thC4FQ84N1

Attachée de presse: Mélissa Gargiullo

 

 

Janvier 2014 (1 au 15)

Cette première quinzaine consolide le fait que la forme physique est bonne. Les sorties de plus de 2heures et demi sont très bien acceptées par l’organisme. Le terrain  d’entraînement est toujours vallonné ce qui permet de parfaire les changements de rythme. Le dos, point faible à cause d’une hernie discale réduite, semble tenir les 80 kms par semaine mais n’accepte pas du tout l’immobilité.

Le temps est très clément dans la région vaudoise. Même la Brévine (avec une température de 0 degré) ne me donne pas la possibilité de tester les vêtements dans des conditions glaciales. La décision est donc prise que je partirai la semaine prochaine à Zermatt pour me rendre notamment sur les glaciers.  L’objectif est de tester chaque élément vestimentaire ( cagoule, veste, pantalon et souliers) et de courir sur la glace.

–          William

Mélissa, attachée de presse.

Novembre 2013 (1 au 15)

Ces 15 premiers jours d’entraînement spécifique se sont déroulés selon la planification sus -mentionnée . Je dois même me retenir pour ne pas dépasser le nombre d’heures d’entraînement prévus.

Il  s’agit d’être prêt le 9 avril 2014  ni  avant ni après !

J’ai repris le concept de l’autosuffisance c’est-à-dire courir sans apport ni de liquide ni de solide (à déconseiller à celles ou  ceux qui n’ont pas habitué leur corps à ce concept).

J’ai profité également de visionner les marathons du Pôle Nord de ces dernières années et pu découvrir quelques détails très intéressants dont notamment le fait que certaines éditions étaient courues avec des raquettes d’autres avec des chaussures de course à pied ! Cette énigme devra être résolue au plus vite car elle a une importance sur le type d’entraînement.

De plus, j’ai lu attentivement le livre de Philippe Moreau (4ème lors de l’édition 2006) intitulé ” – 40 degrés” . Ce livre rempli d’émotions explique la préparation, la course et le retour en France de Philippe et de Hervé. J’ai pris de nombreuses notes qui me seront très utiles ultérieurement.

Bien sûr, j’attends avec  impatience la neige que je peux déjà apercevoir sur les cimes des montagnes !