A 2 jours du marathon

IMG-20140407-00034

 

Arrivee a 1 heure du matin a Longyearbyen situee dans l’archipel arctique de Svalbard (nord de la Norvege). La temperature est de – 16 degres. Ce n’est qu”un debut ! Demain nous allons voler 3 heures direction le Pole Nord.
Je viens de terminer de controler le materiel. Tout me parait en ordre.

On trouve environ 3ooo ours blancs a Svalbard mais jusqu’a maintenant je n’ai pas eu la chance d’en croiser un !

Williamimage

Mars 2014 (01 au 15)

Surcharge =  blessure !  Une contraction du mollet due à une surcharge  ne me permet pas, actuellement, de courir plus qu’une heure. Rien de grave  mais à trois semaines du marathon il s’agit d’être vigilant et prudent. L’entraînement de cette quinzaine a été  principalement axé sur les machines telle que les « steps ».

Au niveau de la logistique, nous sommes entrain d’apposer les logos des sponsors sur les vêtements. En principe, ils apparaîtront sur la cagoule.

Dans une semaine, nous commencerons à contrôler et à préparer les bagages. Le départ est fixé le dimanche  6 avril 2014. En principe ( selon les conditions atmosphériques ), le marathon sera couru le mercredi 9 avril 2014.

– William

tumblr_mgoox5G1eU1r4zr2vo1_r1_500

 

Janvier 2014 (16 au 31)

Restaurant_und_UnterkunftAussenaufnahme[1]

Matterhorn glacier paradise (Suisse) à 3883 mètres d’altitude / – 15 degrés

Stage d’entraînement et de tests

Cette quinzaine a été marquée par un stage en haute altitude. Depuis Zermatt, des tests d’équipements ont été effectués. Malheureusement, le temps trop clément ( – 15 degrés à 3’800 mètres d’altitude ) n’a pas permis de courir dans des conditions extrêmes. Cependant, l’équipement a pu être testé et le résultat est très concluant. Aucun problème à signaler.

Nous pouvons donc maintenant orienter la préparation que sur l’endurance. Les tests vestimentaires sont terminés.

Février devrait nous permettre de travailler l’endurance dans la neige et la glace avec des sorties de 3 heures (3 x par semaine). Bien entendu, les séances de fitness (musculation, steps, vélo) devront être toujours d’actualité.

La lecture du livre « Le Robinson de la Banquise » de Chauncey C. Loomis (Paulsen, 433 pages) me permet de me familiariser à la région du Pôle Nord.

 

-William

 

thC4FQ84N1

Attachée de presse: Mélissa Gargiullo

 

 

Janvier 2014 (1 au 15)

Cette première quinzaine consolide le fait que la forme physique est bonne. Les sorties de plus de 2heures et demi sont très bien acceptées par l’organisme. Le terrain  d’entraînement est toujours vallonné ce qui permet de parfaire les changements de rythme. Le dos, point faible à cause d’une hernie discale réduite, semble tenir les 80 kms par semaine mais n’accepte pas du tout l’immobilité.

Le temps est très clément dans la région vaudoise. Même la Brévine (avec une température de 0 degré) ne me donne pas la possibilité de tester les vêtements dans des conditions glaciales. La décision est donc prise que je partirai la semaine prochaine à Zermatt pour me rendre notamment sur les glaciers.  L’objectif est de tester chaque élément vestimentaire ( cagoule, veste, pantalon et souliers) et de courir sur la glace.

–          William

Mélissa, attachée de presse.

Données succinctes du Pôle Nord.

jg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pôle Nord, est le point le plus septentrional de la planète Terre. Il est défini comme le point d’intersection de l’axe de rotation de la Terre avec la surface terrestre dans l’hémisphère nord, où tous les méridiens et les fuseaux horaires se rencontrent. Le pôle Nord se situe au milieu de l’océan Arctique profond de 4 261 mètres[1] et couvert en permanence par la banquise.  La première exploration du pôle Nord, bien que contestée, est attribuée à l’Américain Frederick Cook qui aurait atteint le pôle le 21 avril 1908, mais il aurait maquillé son trajet réel[2]. Le Congrès des États-Unis a plutôt attribué la première exploration à l’Américain Robert Peary qui prétend avoir atteint le pôle Nord le 6 avril 1909, mais les historiens contestent ce fait depuis la découverte d’une copie du journal de Peary, qui se serait trompé dans ses estimations[3]. La première exploration confirmée du pôle Nord revient donc au Norvégien Roald Amundsen et à l’Italien Umberto Nobile, qui le survolent à bord d’un ballon dirigeable le 12 mai 1926.

La température du pôle Nord peut varier entre -43 °C et 0 °C, ce qui favorise la permanence de la glace de mer dont l’épaisseur varie entre deux et quatre mètres.

 

Faune

L’ours blanc peut-être un spectateur lors du marathon du Pôle Nord !

kj

Source; Wikipédia