16 au 28 février 2014

Tout d’abord une excellente nouvelle ! Les premiers tests médicaux n’ont pas décelé de problème. Nous aurons encore une volée de tests à mi-mars. L’entraînement s’est déroulé selon la planification et un test de course  sur la neige/glace a eu lieu (2 heures) qui a permis de confirmer que  les chaussures « Salomon » sont idéales et tiennent très bien sur ce genre de terrain. Bien entendu, aucune possibilité de s’entraîner dans le froid. Toute l’Europe reste plongée dans un climat de printemps. Il ne nous reste pas plus que 4 semaines intensives avant le décompte final ! Le temps passe si vite….mais je me réjouis de me trouver au 9 avril.

-William

I-ani-calendar

Attachée de presse: Mélissa Gargiullo

Janvier 2014 (1 au 15)

Cette première quinzaine consolide le fait que la forme physique est bonne. Les sorties de plus de 2heures et demi sont très bien acceptées par l’organisme. Le terrain  d’entraînement est toujours vallonné ce qui permet de parfaire les changements de rythme. Le dos, point faible à cause d’une hernie discale réduite, semble tenir les 80 kms par semaine mais n’accepte pas du tout l’immobilité.

Le temps est très clément dans la région vaudoise. Même la Brévine (avec une température de 0 degré) ne me donne pas la possibilité de tester les vêtements dans des conditions glaciales. La décision est donc prise que je partirai la semaine prochaine à Zermatt pour me rendre notamment sur les glaciers.  L’objectif est de tester chaque élément vestimentaire ( cagoule, veste, pantalon et souliers) et de courir sur la glace.

–          William

Mélissa, attachée de presse.

Données succinctes du Pôle Nord.

jg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pôle Nord, est le point le plus septentrional de la planète Terre. Il est défini comme le point d’intersection de l’axe de rotation de la Terre avec la surface terrestre dans l’hémisphère nord, où tous les méridiens et les fuseaux horaires se rencontrent. Le pôle Nord se situe au milieu de l’océan Arctique profond de 4 261 mètres[1] et couvert en permanence par la banquise.  La première exploration du pôle Nord, bien que contestée, est attribuée à l’Américain Frederick Cook qui aurait atteint le pôle le 21 avril 1908, mais il aurait maquillé son trajet réel[2]. Le Congrès des États-Unis a plutôt attribué la première exploration à l’Américain Robert Peary qui prétend avoir atteint le pôle Nord le 6 avril 1909, mais les historiens contestent ce fait depuis la découverte d’une copie du journal de Peary, qui se serait trompé dans ses estimations[3]. La première exploration confirmée du pôle Nord revient donc au Norvégien Roald Amundsen et à l’Italien Umberto Nobile, qui le survolent à bord d’un ballon dirigeable le 12 mai 1926.

La température du pôle Nord peut varier entre -43 °C et 0 °C, ce qui favorise la permanence de la glace de mer dont l’épaisseur varie entre deux et quatre mètres.

 

Faune

L’ours blanc peut-être un spectateur lors du marathon du Pôle Nord !

kj

Source; Wikipédia